L’assistante maternelle est une professionnelle de la petite enfance. Son rôle est d’accompagner votre enfant dans le respect des valeurs familiales. 

Il est important, dans l’intérêt de l’enfant, que les parents et l’assistante maternelle favorisent l’installation d’une relation de confiance basée sur le respect et la discrétion. 

 

Assistante maternelle, une profession à part ?

Par bien des aspects, la réponse est oui. « Il s’agit bien d’un métier à la fois familier et invisible, presque exclusivement féminin (à 99 %) », décrit Catherine Sellenet, professeur d’université en sciences de l’éducation et sociologue. « Mieux formées et reconnues, les assistantes maternelles agréées n’ont plus qu’une lointaine parenté avec les nourrices d’antan. » En novembre 2007, environ 270 000 assistantes maternelles agréées étaient en activité. Après les parents, c’est le mode de garde le plus développé en France, bien avant la crèche.

Trois grandes dates ont contribué à bouleverser ce métier en France : 1977, 1992 et 2005. La loi de 1977 a créé un nouveau statut, celui d’assistante maternelle. Pour le législateur, il s’agissait de créer des emplois pour les femmes, de plus en plus nombreuses à intégrer le marché du travail. Leur rôle consiste alors à « aider la mère », la garde des enfants restant largement perçue comme une prérogative féminine. En 1992, la loi impose aux départements de dispenser une formation d’une « durée minimale de soixante heures » aux assistantes maternelles, lesquelles voient leurs salaires revalorisés. Dès lors, on assiste à une progression spectaculaire du nombre d’assistantes maternelles agréées : en l’espace de quatre ans, leur nombre a quasiment doublé.

Enfin, en 2005, le métier d’assistant maternel agréé (au masculin) bascule du côté de l’éducatif. La loi introduit une obligation de formation de cent vingt heures et fixe un certain nombre d’exigences pour recevoir l’agrément. Elle impose, notamment, des « aptitudes éducatives ». Quant à la formation, elle se veut « psychologique, pédagogique, organisationnelle et relationnelle ». De l’avis de Catherine Sellenet, « le métier d'assistante maternelle a été longtemps considéré comme un “petit métier”. Mais les représentations ont changé, notamment avec l’arrivée sur ce marché de femmes qui ont un niveau d’études plus élevé et qui développent un autre mode d’approche. En même temps, la place de l’enfant dans la société a elle aussi changé. On ne parle plus de garder des enfants mais de les accompagner ».

 

En avril 2016, la Fédération des particuliers employeurs de France rappelle que les assistantes maternelles sont le premier mode de garde des jeunes enfants de moins de 3 ans, après les parents.

Soit environs 60 % par les parents, 30% par les assistantes maternelles, 10% pour les créches collectives, et puis par les gardes à domicile, les grands- parents, école ..,

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×